Rechercher

Pourquoi nos projets informatiques tombent-ils à l’eau ?


L’explosion des nouvelles technologies ces dernières années a rendu l’utilisation de logiciels indispensable à la gestion de l’entreprise. De la comptabilité, à la gestion des stocks, en passant par les formations en ligne, les managers/entrepreneurs doivent faire face à l'enjeu de bien choisir leurs outils.


Le bilan des projets informatiques est catastrophique


Malgré le caractère indiscutable de la nécessité de s’adapter aux nouvelles technologies. Malgré les années d’expérience dans la gestion de projets pharaoniques.

Malgré des méthodologies qui s’alourdissent années après années (ITIL, PRINCE, …).

Le bilan des projets informatiques est catastrophique. On ne compte plus les projets hors-délais, les budgets dépassés et les objectifs revu à la baisse. Le simple fait de parler de SAP, leader mondial du logiciel de gestion, provoque des angoisses.


Les mauvaises excuses/raisons ne sont que trop souvent utilisées ,en bref :

  1. Le délai explose parce que le client ne sait pas ce qu'il veut, il change tout le temps d'avis

  2. Le budget explose car le client a voulu des modifications/fonctionnalités qui n'étaient pas prévu dans le cahier des charges/devis.

  3. La qualité ... Je comprends pas, ça marche sur ma machine. (quand un client explique un bug).

Ceci ne sont que des symptômes (et la liste est encore longue).


Voyons, notre top 3 des erreurs commises :

  1. Le manager impose d’utiliser un logiciel. La plupart du temps, il n’y aura même pas accès, le but étant de pouvoir plus facilement faire du reporting au CA.

  2. Penser qu’un logiciel va régler vos problèmes. Il n’y a rien de plus faux, il va juste les automatiser.

  3. Utiliser uniquement des méthodes de gestion de projet issus de la gestion de production (waterfall, Gantt, kanban, …). Celle-ci est la plus vicieuse car personne ne la remet en question. Et pourtant ...

Il y en a d’autres mais ce n’est que mon top 3.


La principale cause de ces erreurs est de considérer les gens comme des machines (véritablement des ressources humaines). C'est d'ailleurs pour ça que les méthodes de gestion de production sont utilisées. On entend parler que de projet, budget, délai. Les gens sont associés à des ETP (équivalent temps plein ) ou à des jours/hommes (mandays).


En considérant les gens comme des machines, il est très simple de rajouter des gens à un projet pour qu'ils aillent plus vite, et en enlever quand on en a plus besoin. Il est presque évident que d'améliorer la qualité d'un outil, améliore la productivité.


Dans un autre domaine, cela reviendrait à penser qu’il suffit de savoir faire du vélo et d’acheter un vélo haut de gamme pour gagner le tour de France ou qu’avec un permis de conduire et suffisamment d’argent on peut gagner le championnat de F1. Avec une bonne paire de lunettes et une combinaison de natation, on peut traverser la manche à la nage.


C'est bien loin d'être le cas !!


Bref, on a oublié que ce qui fait tourner les entreprises c’est le savoir faire et pas la taille de la machine.


PS: Même si les dernières années, on entend parler d’agilité, de scrum, de lean (méthode d’optimisation de production venant de Toyota) dans les faits, trop souvent, le vrai KPI reste la marge et le bonheur des actionnaires. Finalement, on fait du faux-agile.


Allez hop !

+32485654685

©2019 by jenage.